November 15, 2016

Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

PARAY-LE-MONIAL 2011

November 15, 2016

6h30, samedi matin, les visages annoncent la couleur : réjouis et frais comme des roses pour certains (comment ça des cernes ?), quelque peu fatigués et les traits tirés pour d’autres (là d’accord, les cernes). On charge la remorque, on se charge dans le car, on fait les comptes histoire de savoir qui a oublié de se lever, et go pour 4h30 de route, ou de sieste réparatrice pour certains, c’est selon. Petit arrêt clope-pipi-café-sandwich-panneau-de-rue dans un restoroute français où on ne manque pas de faire attraction bien entendu, et finalement, arrivée à Paray-le-Monial.

 

 

 

 

 

 

 

Et là, premiers éléments nous permettant de nous rendre compte de l’accueil de rois qui nous attend : en lieu et place de l’habituelle salle de gym-tatami-1-lavabo-pas-de-douche pour 40, nous avons droit à des chambres, munies d’un lit par personne (si si, un lit, un vrai, avec matelas de plus de 4 millimètres d’épaisseurs, sommier et tout le toutim !!!), cabine de douche personnelle, lavabos et miroirs à profusion !!! Y’a pas à dire, ça va nous changer la vie, ou plutôt les heures de sommeil et les courbatures du lendemain (ou du moins ça en donne l’illusion niveau heures de sommeil, voir ci-dessous).

S’ensuit un apéro au rosé-pamplemousse ou blanc-poire, à choix ; d’un dîner pic-nic sans pic-nic mais avec des hots-dogs à la saucisse transgénique improvisés en catastrophe (2ème élément d’un accueil exceptionnel, improvisation du dîner top-classe) ; d’un lancer de cuisse de dames pour Guy (les pâtisseries donc) ; dégustation du vin rouge local à faire fondre les verres pour d’autres ; pour Corinne se sera une tentative de se mettre à la mécanique d’ouverture des portes (et j’insiste sur la tentative) ; Monk enclenche son radar à charolaise-au-potentiel-laitier-élevé (dixit Gaetan), le retour de la chopine de vinasse pour Yann et Bibi ; Gaetan (encore lui oui, fort en forme notre tuteur à ficus ce week-end) s’improvise ingénieur en rouleau de papier-cul (metion félicitation du jury) ; et enfin, départ pour le cortège par 23 degrés soit 40 degrés avec masques et manteaux.

 

 

 

Bièressss bien fraîches et méritées en fin de cortège ; Valentin-Gyver muni d’un rouleau de scotch me sauve mon trombone (merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii) ; Sylvaine retrouve son embouchure (peu pratique de laisser l’embouchure dans le car pour un cortège) ; et attente du bonhomme-hiver à brûler. S’organise pendant cette attente un casting des soutifs Tétanociens (y’a interrogations la semaine prochaine les gars), je ne donnerai pas les noms des trois organisateurs (sauf contre une bière bien entendu) mais comme indice : n’aime pas attendre pour le premier, renifle les adoucissants-lessive des poitrines féminines pour le 2ème, et le 3ème est le fils du premier. Il en résulte d’ailleurs un classement fort diversifié, oscillant entre le « vieilli en fût de chêne », et  le « parfumé et fort appétissant ».

Après tout ça, le machin flambe, on joue fort bien pour l’accompagner, on boit le traditionnel apéro (on l’aime bien cette tradition-là d’ailleurs), et on part animer la ville. Quelques blocages de circulation et klaxons plus tard, musique, re-tradition, re-musique, re-re-tradition, et retour à la salle pour re-re-tradition (et oui quand je vous disais qu’on l’aimait bien celle-là de tradition, faudrait pas contrarier l’autochtone), repas, concert. Un petit coin-coin en attendant de manger, repas, un autre petit coin-coin nettement moins sage pour le dessert ; petite sieste de Tcheck-Norris, concert (oooohhhhh), bonne musique (aaahhhhh), on met le feu à la scène (yyyeeeaaahhh) ; et là, il est temps de se lâcher. Pour ce qui est  du reste de la nuit, en résumé et dans le désordre (y’a un moment ou faute de « lumière », j’ai du arrêter de noter, si si j’vous jure, c’est pas du tout la faute au champagne) : DJ, fous-rire, danse, neurones sur mongols, mongols sur la piste de danse et au bar (certains ont vu le bar plus que d’autres) ; fraternité franco-françaises pour certains, retour en chambre franchement pénible pour les uns ; franchement courte pour les autres (quoi, c’est déjà l’heure de se lever ? Mais, on vient de se coucher !) ; contrôle des épilations de torses, bref, soirée mythique et courbatures de zygomatiques (entre autre).

 

 

Dimanche, petit-déjeuner, apéro, concert, concert-apéro, tentative de concert devant l’Eglise, hurlements et jurons du curé local (mention spéciale pour les jurons Msieur le curé) ; musique du diable (dixit), apéro d’avant repas, d’après repas, de dessert, joyeux anni to Sandrine et Gaetan, cadeau, apéro, champagne, on pousse la chansonnette, on joue pour remercier, on se bise pour se dire au-revoir, une hola avant de partir, il pleut des remerciements français, et même le temps pleure notre départ, dixit les organisateurs.

 

 

Les meilleurs (dans le désordre) :

À Guy qui doit toujours être en train de chercher les pissoirs (« aux wc français, y’a tellement de lavabos qu’on a jamais trouvé les pissoirs »),

À Nicole qui réussit à tomber sur la seule cabine de chiottes turques de tout le restoroute (pas pratique avec le costume han ?),

A Corinne qui se met à la technologie moderne en nous expliquant qu’un PCU est un nouveau « computer » avec bluetoufff,

A pignon qui nous explique qu’en France ils ont des bulodromes pour jouer aux bules (c’est bizarre en Suisse on a des boulodromes pour jouer aux boules, ça doit pas être les mêmes boules alors),

A Emile le paysagiste qui quand même, c’est son métier, sait très bien comment s’appelle la pseudo-pive dont on ne sait pas le nom de l’arbre duquel elle est tombée ; on a quand même jamais réussi à savoir ce foutu nom si ce n’est que finalement, « une pive tombée d’un arbre, c’est un écureuil qui a dû en chier dur »,

Corinne (très en forme également, ça doit être une combine de famille), qui souhaite nous faire tester une nouvelle forme de maquillage samedi prochain, elle nous maquillera donc à l’aérosol (prévoyez le dilutif et le décapant pour se démaquiller, les lingettes nivea vont pas suffire),

A Gaetan (quand je vous dis que c’est de famille) et ses phrases cultes :  « toi, tu transpires comme un pédophile dans une salle de classe ou un nécrophile dans une morgue ».

A réviser pour la semaine prochaine (là aussi y’aura inter) :

Valentin révisera sa mécanique automobile (non non, le chauffeur du car n’y est pour rien si la soute ne s’ouvre pas, c’est bien toi qui t’es loupé, et manque de bol on t’a vu),

Nicole qui n’est plus à jour avec ses nuits ni ses heures de noce révisera le manuel du changement d’heure ; toi qui pensais avoir bonne conscience d’avoir moins fait la noce et plus dormi, c’est loupé,

Bea révisera le code de la route, la 3ème voie sur une autoroute en montée, ça veut pas dire que c’est la sortie pour le café, mais bel et bien que c’est la piste lente pour véhicule lourds (un peu long une sortie d’autoroute de 5km non ?).

Remerciements

A Msieur le curé pour son accueil « criant », qui contrairement à tout ce que l’on croyait, nous a parfaitement démontré qu’un homme d’église jurait autant (voir plus) que tout-un-chacun ; on aura jamais entendu autant de jurons et d’insanités en si peu de temps, Laurent en est toujours outré d’ailleurs ! Se faire traiter de suppôts de Satan et d’érudits (mais puisqu’on vous dit que Ruedi n’est pas là m’enfin !!!), fallait quand même le faire ! Tant, pis, notre « musique du diable » aura ravi tous les autres habitants de la ville au vu du nombre de compliments et d’applaudissement reçus (tant du haut des balcons que de derrière les vitrines).

 

 Mes remerciements suivants vont donc à vous tous, Tétanoces, qui étiez là ce week-end, pour ces mythiques et magnifiques moments, ces rires, cette ambiance du tonnerre (j’aurais pu dire du feu de dieu mais on ne va pas risquer de re-vexer msieur le curé, il va de nouveau gueuler).Les derniers (et non les moindres !) remerciements vont aux organisateurs de Carnaval’Folies, pour leur accueil royal, leurs sourires et leur motivation à faire en sorte que notre week-end se passe à merveille, ce qui fut d’ailleurs le cas ! Nous sommes repartis la tête pleine de souvenirs, et le cœur pleins de sourires, merci pour tout !!Bonne semaine de repos à tous et rendez-vous samedi matin pour notre dernier week-end de la saison, qui promet d’être mythique également.

Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square